Atelier CMJN | Chaumont
16115
single,single-portfolio_page,postid-16115,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.8,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

Les Sept Pêchers Capitaux

Client Domaine de Chaumont-Sur-Loire

Programme Jardin

Localisation Chaumont-Sur-Loire

Budget 12000 € HT

Surface 250 m²

Date 2014

Mission Compléte

Architecte Atelier CMJN

Paysagiste Julien Douesnard

Ingénieur Franck Cezanave

Chaumont
Layout1

Il se dit toutes sortes de choses sur les péchés capitaux. On leur attribue une origine biblique, on dit d’eux qu’ils seraient sorties des carnets et de la tête de Thomas d’Aquin au XIIIème siècle, ou encore qu’ils viendraient de quelques discussions grecques antérieures. Qu’en est-il donc vraiment? Ce mythe est-il vraiment une invention de Thomas d’Aquin ?
Oui et non. Oui parce que c’est bien Thomas d’Aquin qui, la première fois, aurait conceptualisé cette idée des sept péchés capitaux mais pas de la façon dont on le croit.
Thomas d’Aquin étudiait et priait dans une petite abbaye qui donnait sur son grand jardin. Ce jardin était assez sobre, assez simple, il devrait inciter et catalyser la créativité sans trop encombrer l’esprit. Au centre même, il y avait un bassin dans lequel on pouvait contempler le ciel. Thomas d’Aquin aimait à l’appeler le miroir de l’âme, tant la pureté du reflet semblait être une invitation à regarder au plus profond de soi. Entre le bassin miroir, symbole d’extraversion et les pierres sombres composant le chemin, bien plus introverties, se situaient quelques arbres, différents et complémentaires.

Chaumont_section
Tout environnement physique façonne nos réflexions
et notre comportement
Chaumont_signaleti
Chaumont_3
Chaumont_4